Schweizerischer Heiligland-Verein
Association suisse de Terre Sainte
Associazione svizzera di Terra Santa
Swiss Holy Land Association
Schweizerischer Heiligland-Verein
Association suisse de Terre Sainte
Associazione svizzera di Terra Santa
Swiss Holy Land Association

Projets Israël

Faire la transition

Depuis octobre 2019, Rebecca Spittel effectue un stage à la Maison de la Grâce à Haïfa, qui s’engage à aider les hommes qui ont été libérés de prison et à les préparer à une nouvelle vie dans la société. Dans le rapport suivant, Rebecca raconte ses impressions, ses expériences et ses rencontres dans le cadre de ce projet, qui est soutenu par l’ Association suisse de Terre Sainte depuis de nombreuses années.

Résidents de la Maison de la Grâce avec un membre du personnel sur les marches de l’ancienne église

Pendant son séjour à la Maison de la Grâce, de nombreux hommes qui viennent de sortir de prison réussissent à trouver du travail. Le soir, après le travail, ils reviennent et chaque jour, quelques-uns d’entre eux s’assoient sur des marches en pierre devant la vieille église et parlent de leur journée, font des blagues ou se taisent devant une tasse de café arabe.

Pratiquer un peu de normalité

Après presque deux mois de cours de langue arabe, je peux saluer beaucoup d’entre eux en arabe ou leur demander ce qu’ils ont vécu dans la journée. Leurs actes, leur passé ou leur situation actuelle font l’objet de leurs thérapies et de leurs conversations avec les travailleurs sociaux et les ateliers de la Maison de la Grâce. Mais leurs histoires font rarement l’objet de nos conversations et pour beaucoup, je ne sais pas exactement pourquoi ils étaient en prison. Quand je suis assis avec eux dans les escaliers, nous parlons de football, de leur travail ou de leur famille. Et parfois, je pense pouvoir dire à quel point ils apprécient ce morceau de normalité.

Assassins, voyous, voleurs, dealers, drogués – de telles conditions accompagnent les anciens détenus toute leur vie après la fin de leur peine. Dans la société israélienne et la communauté arabe conservatrice, la stigmatisation des anciens détenus est particulièrement élevée. La recherche d’un emploi et d’un logement est un défi majeur, tout comme le fait de se retrouver après des années d’emprisonnement « à l’extérieur ». Les anciens détenus doivent réapprendre des choses très pratiques, comme acheter un billet, utiliser les transports publics ou la technologie moderne.

L’histoire de Tarek

C’est ce qu’a également vécu Tarek, qui, après 21 ans de prison et plusieurs mois passés à la Maison de la Grâce, est sur le point d’y terminer son séjour. Il avait 18 ans lorsqu’il a été condamné à une peine de prison à vie. Il a grandi avec 14 frères et sœurs dans un petit village arabe du nord d’Israël. À l’âge de 13 ans, il a décidé de quitter l’école contre la volonté de son père afin de soutenir financièrement sa famille grâce à son travail. À l’âge de 17 ans, il s’installe seul dans la grande ville voisine, Haïfa, et travaille dans une boulangerie. Plusieurs fois au cours de sa tournée quotidienne, il a été harcelé et attaqué par un homme, à un moment donné Tarek a ramassé un couteau. Pour meurtre, il a été condamné à la prison à vie.

Au début, il était souvent isolé. Ce n’est qu’après son transfert dans une autre prison que les choses se sont améliorées. Il s’est tenu à l’écart des conflits et a entamé une thérapie. À l’âge de 32 ans, après 14 ans de prison, Tarek a été autorisé à quitter la prison pour la première fois pendant quelques jours en raison de sa bonne conduite. « Ce fut un choc pour moi de voir à quel point le monde a changé pendant cette période », déclare Tarek aujourd’hui. « Et cela m’a motivé à travailler encore plus dur sur moi-même. » Plus tard, Tarek a été autorisé à travailler à l’extérieur de la prison pendant la journée et, après avoir purgé les deux tiers de sa peine de prison, on lui a proposé de purger le reste de sa peine dans le cadre d’un programme de réhabilitation. Après 21 ans de prison, il est donc venu à la Maison de la Grâce à Haïfa.

« Au début, c’était très dur. J’avais l’impression que personne ne me comprenait et je devais m’habituer à ce nouveau style de vie », dit Tarek. La période qui suit la prison est difficile pour de nombreux anciens détenus. La Maison de la Grâce accompagne cette sortie de prison et veut permettre une réintégration dans la société. Le travail, le logement, les contacts avec la famille et les amis et le développement personnel sont essentiels – également pour prévenir une rechute. Néanmoins, tout le monde ne se rend pas « dehors » après son passage à la Maison de la Grâce.

Le respect – une clé pour vivre ensemble

Le mot « respect » revient sans cesse dans mes conversations avec les prisonniers, les employés, les anciens élèves et les invités. « Dans la Maison de la Grâce, j’étais respecté par le personnel et mes colocataires. J’ai appris ici à accepter et à soutenir les autres. Traiter les autres avec respect », déclare Tarek. Gérer les conflits à petite échelle, dans une interaction quotidienne, c’est ce dont il s’agit dans les projets communs, les soirées de cuisine et les ateliers.

La Maison de la Grâce donne une seconde chance aux personnes qui ont été marquées par la société en raison de leurs actes et de leur passé, et elle est ouverte à tous. Comme il s’agit de la seule maison de transition pour les Arabes en Israël, la plupart des prisonniers sont des Arabes chrétiens ou musulmans. Mais dans la maison, les juifs, les chrétiens, les musulmans, les arabes et les druzes entrent et sortent. Au cours de mon stage et de mon séjour en Israël, j’ai pris de plus en plus conscience de la spécificité de ce pays. Je vis Israël comme un pays profondément divisé. Même à Haïfa, qui est souvent citée comme un exemple de coexistence fonctionnelle, il s’agit généralement plus d’une coexistence que d’une coexistence.

Une coexistence est possible

Ce qui m’a le plus marqué pendant mon stage, ce sont les nombreuses rencontres. Il ne s’agissait pas toujours de conversations profondes. Souvent des salutations, du café, de courtes conversations. Parfois, je m’asseyais avec les autres en silence sur l’escalier de pierre, juste pour écouter, observer ou me taire. Faire l’expérience de la perte de sens de l’origine, de la religion ou du groupe social dans de tels moments éveille en moi l’espoir que l’unité est possible.

Rebecca Spittel

Note de don: La Maison de la Grâce, Haïfa

 

«Nous voyons l’humain en eux, pas le coupable»

Jamal Shehade, directeur de la « Maison de la Grâce » en entretien avec Andrea Krogmann

Andrea Krogmann : Qu’est-ce que la Maison de la Grâce aujourd’hui ?
Jamal Shehade : Nous avons trois priorités. La première est le programme de réinsertion des détenus : Pendant 9 mois, les sortants de prison résident chez nous afin de développer les capacités nécessaires pour retrouver une vie normale. Nous voulons les fortifier pour leur retour dans la société, les aider à trouver du travail, à résoudre des problèmes tels que l’endettement et leur permettre un nouveau départ avec leur famille. Ensuite, nous les accompagnons encore pendant une année lorsqu’ils quittent la Maison pour habiter à l’extérieur. La deuxième priorité est l’aide aux familles en difficulté. Les possibilités d’aide financière sont limitées mais nous procurons des médicaments et de la nourriture à ceux qui en ont besoin. Mais l’essentiel de notre action est de conseiller et soutenir dans le but de renforcer les personnes et les familles. La troisième priorité est le programme jeunesse. Nous offrons une large palette d’activités pour occuper les jeunes de 7 à 17 ans l’après-midi. Notre but est de renforcer leur personnalité, de les soutenir dans leur scolarité – par exemple avec de l’aide aux devoirs- et de leur permettre de découvrir et de développer leurs talents et leurs points-forts. Ils doivent prendre conscience qu’ils peuvent se mettre au service des autres et qu’ils ont le droit d’avoir des rêves et de les réaliser.

Andrea Krogmann : Comment expliquez-vous le taux de réussite élevé de votre programme de réinsertion ?
Jamal Shehade : Une des caractéristiques essentielles de la Maison de la Grâce est l’atmosphère familiale. Nous vivons ensemble dans un grand respect mutuel. En même temps il y a de l’amour pour les personnes qui vivent chez nous : Nous voyons l’humain en eux, pas le coupable. Nous leurs montrons que nous n’avons pas peur d’eux et nous leur faisons confiance. Alors, ils prennent leurs responsabilités au lieu de simplement faire ce qu’on leur dit. Et puis, nous avons une équipe très professionnelle. Tout cela fait que nos résidents retrouvent l’espoir et un nouveau sens à leur vie.

Andrea Krogmann : Quel est votre plus grand défi ?
Jamal Shehade : Le financement de nos projets est un grand défi, surtout lorsque nous n’obtenons pas le soutien des institutions de l’Etat. Dans le monde actuel et ses innombrables problèmes, la Terre Sainte n’est plus au centre des préoccupations des gens et des médias. De nombreuses organisations essaient de récolter des dons et la concurrences est rude. Dans notre société, c’est également un défi de faire comprendre aux gens que nos résidents méritent une deuxième chance, que beaucoup de familles ont besoin d’aide etc. Expliquer cela clairement demande beaucoup d’énergie.

 

Note de don: La Maison de la Grâce, Haïfa

Pour les familles chrétiennes en Galilée

L’ Association suisse de Terre Sainte décide de relever le défi. Elle soutient, grâce à vos dons, le Christian Family Center (CFC) à Haïfa. Le CFC propose certes depuis longtemps des cours de préparation au mariage et pour couples. Mais cela ne suffit pas. Avec l’aide de l’ASTS, il pourra à l’avenir offrir davantage. Que du positif, en fin de compte.

Les jeunes gens peuvent certes faire un peu connaissance avant leurs fiançailles et leur mariage, mais la vie de couple, le quotidien, c’est autre chose. Désaccords et difficultés sont inévitables dans une relation conjugale. Naser Shakour et son épouse, Amira, en ont fait fréquemment l’expérience au cours des 15 dernières années. Ils ont alors pris conscience que, ces hommes et ces femmes, ces jeunes familles, doivent pouvoir compter sur un soutien intensif, fait de dialogue et d’accompagnement. Aujourd’hui, Naser et Amira Shakour ont la possibilité d’ouvrir un nouveau centre à Haïfa. L’ASTS les aide dans leur projet. Nous nous sommes entretenus avec Naser Shakour, fondateur et directeur du Christian Family Center à Haïfa.

Naser et Amira Shakour avec le Pape François
Naser et Amira Shakour avec le Pape François (Photo: Naser Shakour, Haifa)

 

Naser Shakour, vous et votre épouse, Amina, avez fondé le Christian Family Center. Racontez-nous l’histoire du CFC !
Depuis l’année 2000, mon épouse et moi y avons vu l’opportunité d’aider les familles chrétiennes. Nous sommes ainsi les premiers à avoir lancé un programme de préparation au mariage en Galilée. Plus tard, nous avons voyagé de village en village pour préparer les futurs mariés à la vie de couple. En 2009, l’évêque greccatholique melkite de Galilée à Haïfa nous a proposé un local pour installer notre bureau. Mon épouse et moi y travaillons depuis et y prodiguons des conseils. Notre adresse est connue. De nombreux couples viennent d’euxmêmes, d’autres sont envoyés par des prêtres de différentes confessions. Nous ne demandons pas d’argent pour ce travail. Nous finançons notre existence par notre activité professionnelle « normale » : je suis physicien à l’Israel Institute of Technology, mon épouse est sage-femme dans un hôpital. Aujourd’hui, nous considérons qu’il est temps de ne pas seulement aider les familles, mais chacun de ses membres, de les fortifier au sein d’un centre plus grand, réunissant plus de spécialistes.

Vous devez procéder à des rénovations pour inaugurer le centre ?
L’actuel archevêque grec-catholique melkite de Galilée nous a donné un appartement que nous pouvons utiliser comme nouveau Christian Family Center. Mais les plafonds et certains murs doivent être rénovés. De plus, des travaux de peinture et d’électricité sont nécessaires.

Combien de personnes travaillent au CFC ? Y exercent-ils sur une base bénévole ou rémunérée ?
La plus grande partie du travail est bénévole. La première année de service au CFC, les bénévoles ne sont pas rémunérés. La deuxième année, ils reçoivent de l’argent de poche. Les personnes en quête de conseil sont priées de verser un montant minimal pour que nous puissions entretenir le bureau. Néanmoins, le CFC pourvoira deux ou trois postes rémunérés.

Quels sont les critères que les collaborateurs bénévoles doivent remplir ?
Nous avons commencé avec une équipe composée de conseillères et conseillers, de psychologues cliniques, d’assistants sociaux, de coachs familiaux et d’un canoniste … Tous nos collaborateurs sont extrêmement compétents dans leur domaine.

Le CFC est-il ouvert à toutes les confessions chrétiennes ?
Nous ouvrons nos portes à toutes les confessions chrétiennes d’Israël, c’est-à-dire catholiques, maronites, orthodoxes, anglicans et arméniens. Nous accueillons tout le monde, et les prêtres de toutes les confessions envoient des familles en quête de conseils.

D’où viennent les familles ?
Elles viennent de toute la Galilée, c’est-à-dire le nord d’Israël.

Quand votre centre sera-t-il ouvert ?
Normalement, nous ouvrons l’aprèsmidi, mais tout dépend du moment auquel les bénévoles peuvent venir. Sinon, les personnes cherchant conseil viennent après leur travail. Il sera ouvert toute la journée le vendredi et le samedi. Je tiens à remercier du fond du coeur les donatrices et donateurs de l’ASTS de leur générosité !

Le Christian Family Center bénéficie du soutien de l’archevêché greccatholique melkite de Galilée, sous la houlette de l’archevêque Georges Bacouni. Près de 15 000 chrétiens melkites vivent dans la ville de Haïfa. Ils sont 50 000 dans toute la Galilée. L’ASTS relève ce défi, grâce à vos dons !

Note de don: Centre pour des familles à Galilée, Haifa

Partager cette page