Presse

Alep : les Franciscains redonnent un nom aux enfants de djihadistes

3 à 5'000 enfants, orphelins sans identité, nés dans la partie orientale de la ville d'Alep, errent dans les ruines de l'ancien poumon économique de la Syrie. L'Association suisse de Terre Sainte (ASTS) a invité la Milanaise Teresa Cinquina le 16 septembre 2019 à Fribourg pour parler de l'avenir incertain de ces enfants abandonnés par les djihadistes lors de la libération de la ville en décembre 2016.

L'hôte de l'ASTS a d'abord décrit les conditions très précaires dans laquelle vit la population de la seconde ville de Syrie, dans un pays où une bonne partie des infrastructures, des écoles et des hôpitaux ont été détruits ou gravement endommagés.  85 % des 18,2 millions d’habitants actuels de la Syrie (en 2011, avant la guerre, le pays comptait plus de 20 millions d'habitants) n’ont pas accès à l’eau potable ou à des installations sanitaires intactes. Plus de 80 % de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté, une situation encore aggravée par l'embargo pétrolier américain sur l'Iran, allié du gouvernement de Damas.

Faim et pauvreté en rapide augmentation

"Il y a peu d'électricité, le coût des transports a augmenté, comme tous les prix. Un kilo de café vaut désormais 20 dollars, alors que le salaire moyen est de 50 à 80 dollars... S'il n'y a plus de bombardements, la faim et la pauvreté sont en rapide augmentation".

Depuis un an, des chrétiens et des musulmans ensemble, emmenés par le Père Firas Lutfi, directeur du Franciscan Care Centre d'Alep, développent le programme 'Un nom et un avenir'. Ce projet, en accord avec les chefs musulmans et les autorités civiles, est destiné aux enfants nés à Alep-Est alors que cette partie de la ville était sous le contrôle de factions armées islamistes. Pendant quatre ans, Alep a été soumise à des bombardements constants : le front traversait le centre de la ville, qui est détruite à 70%.

Une population crucifiée

"Le programme 'Un nom et un avenir' vient en aide à des enfants de djihadistes restés avec leur mère alors que leur père était évacué des quartiers Est par des 'couloirs de sécurité' vers les zones encore sous leur contrôle, à des enfants traumatisés nés à la suite de viols et de violences...", souligne Teresa Cinquina, de l'association franciscaine pro Terra Sancta de Milan. La jeune Italienne connaît bien la région : elle a notamment étudié à l'Université d'Amman, en Jordanie, et parle couramment arabe.

Teresa Cinquina, de l'association franciscaine pro Terra Sancta, de Milan | © Jacques-Berset

Teresa Cinquina, de l'association franciscaine pro Terra Sancta, de Milan | © Jacques-BersetTeresa montre une photo d'un Christ aux bras sectionnés par une rafale de mitraillette, dans le quartier aleppin de Midan. Cette statue criblée de balles par des djihadistes est pour elle "le symbole des chrétiens de Syrie et aussi de toute la population", crucifiée par tant d'années de guerre et de destruction, qui ont porté atteinte au plus profond de l'être humain.

Le Coran ne connaît pas l'adoption

"Ces enfants n'ont pas d'état civil et n'ont pas de nom. Ils n'ont pas fréquenté l'école, ils ont seulement dû réciter le Coran, sans rien apprendre d'autre. Ils n'ont pas de base en mathématiques, en histoire, en géographie... Que vont devenir ces enfants, aujourd'hui âgés de 3 à 8 ans, si personne ne s'en occupe ?", se demande Teresa Cinquina. Le programme tente de récupérer ces enfants à la dérive, notamment en leur procurant une famille qui pourra prendre soin d'eux. En islam, le Coran interdit l'adoption et en principe un enfant musulman ne peut porter un autre nom que celui de son père biologique !

Les Franciscains, malgré la méfiance de ces femmes musulmanes – elles ont souvent mis du temps avant de dévoiler leur visage ! – ont obtenu l'accord des autorités islamiques d'Alep pour que des familles accueillent ces enfants orphelins et leur donne leur nom. "Évidemment", précise Teresa Cinquina, "il y a la peur du prosélytisme, mais les familles qui recueillent ces enfants sans nom ne peuvent être que musulmanes... "

Les "enfants du péché"

Même si ces enfants "adoptés" – déjà une centaine depuis le début du programme en 2018 – ne pourront pas, selon le droit islamique, hériter de leurs nouveaux parents, ils pourront tout de même faire leur vie, être inscrits à l'école, étudier. Car dans cette culture traditionnelle, les enfants sans parents connus sont considérés comme des "enfants du péché", et n'ont pas de perspectives d'avenir. "Le nom est extrêmement important, et leur en procurer un est déjà un pas immense dans cette société".

Teresa Cinquina avec Andreas Baumeister, président de l'Association suisse de Terre Sainte | © Jacques Berset

Teresa Cinquina avec Andreas Baumeister, président de l'Association suisse de Terre Sainte | © Jacques BersetCe programme va durer encore plusieurs années, car il ne suffit pas de placer des enfants dans une famille qui va les accueillir et la laisser sans accompagnement. "C'est un investissement à long terme, mais cela vaut la peine : ces enfants de djihadistes, qui n'ont connu dans leur enfance que la violence, les bombardements et la pénurie, se souviendront un jour de ceux qui les ont aidés. C'est uniquement ainsi que l'on peut construire un avenir de paix et de coexistence". Teresa Cinquina le croit ardemment : ces enfants sont une source d'espérance et le mal, en Syrie, n'aura pas le dernier mot! JB

Une amitié née sous les bombes

Le projet du Père Firas Lutfi, franciscain de la Custodie de Terre Sainte, a vu le jour avec le soutien de Mgr Georges Abou Khazen, vicaire apostolique d’Alep, également franciscain, et du psychologue Binan Kayyali. Le Père Firas a pu le réaliser ce travail avec ces enfants musulmans abandonnés grâce une profonde amitié avec Mahmoud Akkam, mufti d’Alep, le premier à avoir pris conscience de cette grave urgence sociale. Cette amitié réciproque est née sous les bombes, alors que des familles musulmanes fuyant les bombardements étaient accueillies dans des locaux de l'Eglise.

Les enfants abandonnés à Alep-Est, enfants de djihadistes, enfants du viol, n'ont pas d'existence : c'est un problème souvent caché pour ne pas créer de scandale. Les enfants et leurs mères ne reçoivent aucune assistance de la part de l’Etat. Ils sont perçus avec hostilité parce qu’ils sont considérés comme des "enfants du péché" et ils ne sont pas inscrits au registre des naissances. Ils vivent souvent dans des conditions terribles. Ils sont marginalisés par tout le monde et ils ont besoin de tout : de la nourriture, de l’eau, mais aussi d’une réhabilitation psychologique et sociale. JB

Soutien de l'Association suisse de Terre Sainte

Le projet "Un nom et un avenir" a été choisi pour l’Action d’automne annuelle de l'Association suisse de Terre Sainte. L'ASTS, qui tenait son assemblée générale le 16 septembre 2019, a financé une trentaine de projets en 2018 pour un montant de près d'un demi-million de francs. Elle soutient des projets d’utilité publique dans les domaines de la formation, de la santé et du travail social en Palestine, Israël, Liban, Syrie, Égypte et Irak. Sur mandat de la Conférence des évêques suisses, l’ASTS organise et gère la Quête de la Semaine sainte dans les paroisses de Suisse. La moitié de la somme récoltée va à la Custodie franciscaine de Terre sainte et l'autre moitié aux projets de l'ASTS. L'argent est destiné à des paroisses locales ou à des institutions de différents rites, dans les pays à l’origine du christianisme." Les 4/5 de nos entrées (environ CHF 400'000) proviennent de la Quête de la Semaine sainte, et CHF 100'000 proviennent de dons et de quêtes dans les paroisses", confie à cath.ch Andreas Baumeister, de Liestal, président de l’ASTS depuis deux ans. Il relève que si les rentrées sont plus ou moins stables, ses adhérents – environ une centaine de membres dans toute le Suisse - prennent toutefois de l'âge. "Nous devons constamment nous battre pour trouver les ressources", admet le diacre jurassien Didier Berret. Il considère que grâce à l'Association, "on parle de l'existence précaire des chrétiens du Moyen-Orient. Même si les moyens sont insuffisants, c'est une manière indirecte mais concrète de travailler en leur faveur". Fondée en 1901 sous le nom "Association suisse des pèlerins de Jérusalem", l’ASTS organise des voyages qui permettent aux participants de rencontrer les habitants du Moyen-Orient et favorisent ainsi une meilleure compréhension mutuelle. (cath.ch/be)

 

Cardinal Sandri: sauvegarder la présence chrétienne en Orient

Conscient de la précarité de la présence chrétienne au Proche Orient, le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales, a lancé un appel à soutenir la traditionnelle collecte du Vendredi saint, organisée en leur faveur dans toutes les églises du monde.

L’Église effectue un "acte de restitution" quand elle est solidaire avec la Terre Sainte, a expliqué le cardinal Sandri dans son message aux évêques en vue de la collecte pro Terra Sancta, a communiqué le Bureau de presse du Saint-Siège le 4 mars.

Chaque année, l’Église en Terre Sainte fait appel à la solidarité de l’Église universelle pour l’aider dans sa mission dans cette partie du monde cruciale pour les chrétiens.

Aux origines du christianisme

Jérusalem a été le lieu où l’Église a reçu à la fois l’Évangile et son Salut, a soutenu le cardinal Sandri dans une lettre adressée aux évêques du monde entier. Dès lors, toute solidarité avec l’Église de Terre Sainte, "notamment économique", devient un "acte de restitution", a-t-il affirmé.

Les épreuves nombreuses connues par l’Église en Terre Sainte dans l’histoire ne sont pas encore terminées, a rappelé le cardinal italien. La collecte pro Terra Sancta doit ainsi l’aider à œuvrer pour "sauvegarder la présence chrétienne", notamment par l’entretien des sanctuaires maintenus sur les lieux de la vie du Christ.

Diminution drastique des chrétiens locaux

De plus, l'Église doit faire face à la "tragédie de la réduction progressive du nombre de fidèles locaux" et donc au risque de disparition de traditions chrétiennes remontant aux premiers temps de son existence, a-t-il expliqué.

Face à la multiplication des conflits dans la région, entraînant des déplacements massifs de réfugiés "privés des biens les plus fondamentaux", l’Église en Terre Sainte souhaite pouvoir défendre l’esprit de coexistence fraternelle du 'Document pour la fraternité'. Cet important document a été signé à Abou Dhabi par le pape François et le grand imam d’Al-Azhar le 4 février 2019, a rappelé le cardinal Sandri.

Soutien aux chrétiens locaux, "pierres vivantes de Terre Sainte"

Traditionnellement prise en charge par les franciscains de Terre Sainte, la collecte pro Terra Sancta sert à la fois à l'entretien des Lieux saints et aux œuvres pastorales et sociales en Terre Sainte. En 2018, elle avait ainsi permis de récolter 8,6 millions d'euros répartis entre Jérusalem, la Palestine, Israël, la Jordanie, Chypre, la Syrie, le Liban, l'Égypte, l'Éthiopie, l'Érythrée, la Turquie, l'Iran et l'Irak.

Les franciscains en Terre Sainte, grâce à la quête organisée le Vendredi Saint, "préserve les Lieux de Salut et soutient la présence chrétienne et les pierres vivantes de Terre Sainte", relève la Custodie franciscaine à Jérusalem. Les premiers frères arrivèrent en Terre Sainte il a quelque 800 ans, plus précisément en 1217, conduits par Frère Elie da Cortona. "Depuis lors, ils ont toujours relevé les défis de l’époque afin de pouvoir transmettre la Grâce des Lieux Saints à toute l’humanité et de partager leur vie avec les 'pierres vivantes', les Communautés chrétiennes locales. (cath.ch/imedia/cd/custodia

 

Partager cette page